Petite annonce, repas de famille & toi

Autrice : Fanny André
Édition : Autoédition
Série : Red & Ivy
Date de parution originale : 15 Décembre 2020
Genre : Romance de Noël
Nombre de Pages : 143
Mon Format de Lecture : Numérique
Ma Langue de Lecture : Français
Mon temps de Lecture : 3h
Service Presse

Résumé

Grâce à une petite annonce, Red a trouvé l’amour avec Ivy, son crush de toujours, mais c’est bien lui qu’il est décidé à fuir pour Noël. Pourquoi ? Parce que cette année c’est un Noël en famille qui est prévu pour les deux amoureux. Et ça, Red n’est pas prêt du tout à y faire face. Comment cacher sa folie douce, ses manies et sa tristesse en période de fêtes ? Le mieux est de partir vite et loin. Il trouvera bien une explication plausible après coup, comme un kidnapping, un test en labo qui a mal tourné ou une mission de protection des témoins digne du meilleur film d’action.
Ça, c’était son plan d’origine. Pas sûr qu’Ivy le laisse faire si facilement…

L'autrice

Fanny André est née en 1984. Elle vit actuellement dans les Alpes, où elle a grandi. Elle doit sa première parution, alors qu’elle était encore enfant, à un père enthousiaste qui a aussitôt lancé l’impression de plusieurs exemplaires du chef-d’œuvre, aujourd’hui introuvable. 2015 est l’année de ses premières publications chez des éditeurs, et depuis l’écriture ne cesse de prendre une place de plus en plus grande dans son quotidien. Elle invite toujours dans ses écrits les images, tableaux et musiques qui la font rêver, et qui, elle l’espère, en feront rêver d’autres.

La Chronique

Je vous vois venir de loin. Aujourd’hui, je vous propose la chronique d’un titre qui n’est pas dans ma PAL anti panne de lecture et qui en plus se trouve être un service presse.
Non, non, je refuse toujours les SP, mais j’ai tellement adoré “Petite annonce, téléfilms & toi”, que quand j’ai vu que l’autrice offrait la suite en avant-première contre une chronique, j’ai postulé sans attendre.
Alors, alors, cette suite est-elle à la hauteur du premier opus ? Vous allez le découvrir dès maintenant ! (Mais quel teasing !!!)

Quel plaisir ! Mais quel plaisir de retrouver Red et Ivy ! Il s’est passé quoi ? Une, deux semaines maximum entre ma lecture du tome et de la suite, mais pourtant, ces deux-là m’avaient déjà énormément manqué, un truc de fou !

L’histoire se déroule un an après celle du premier roman et j’ai adoré constater l’évolution de leur relation, sans qu’elle soit non plus complètement différente. Elle reste jeune et pleine de passion, c’est vraiment mignon à voir.

Red est toujours égale à lui-même et ses digressions m’ont autant amusée et émues, aussi. J’aime sa douce folie et c’est dommage de ne pas retrouver plus de personnages comme lui dans les fictions. (Ah et oui, il m’a encore et toujours fait penser à moi, si ce n’est davantage !)

Ivy est resté le petit ami parfait et nous allons même en découvrir beaucoup plus sur lui dans cet opus. Oui, oui, vous allez encore plus tomber amoureux de lui. Mais si, c’est possible, j’vous jure !
J’adore à quel point Ivy est bienveillant et soutient son homme quoi qu’il arrive. En un regard, il parvient plus ou moins à savoir ce qui se passe dans sa tête, il sait le comprendre, le réconforter et l’aimer, même pour ses petits défauts ou pour sa folie (si ce n’est davantage pour tout ça). Franchement, tout le monde mérite un Ivy dans sa vie ! (Dis, Fanny, ce serait pas une bonne idée de faire imprimer ça sur un tee-shirt ? 😇😇😇)

— Vraiment, si tu n’existais pas ce monde serait tellement plus triste. Merci d’être toi.
Je rouvre les yeux, pris au dépourvu. Et il se laisse tomber à genou pour poser ses deux mains autour de ma tête, puis m’embrasser à la Spider-Man, tête à l’envers par rapport à moi.

Je trouve ces deux-là tellement émouvants, tellement beaux, c’est difficile à expliquer…

L’idée de passer le Noël dans la famille d’Ivy est excellente. Ça nous permet de voir nos deux amoureux dans un environnement différent et d’observer leurs réactions, aussi bien en tant que couple, qu’en tant que personnes.

Les Hamerick sont complètement déjantés et tous les réunir vous met une ambiance de folie. J’ai largement apprécié le fait que chaque membre de la famille soit vraiment unique. Chacun à son propre caractère, ses propres réactions et aucun ne se ressemblent réellement. Ils sont tout simplement réalistes et vrais et j’ai adoré passer ces fêtes de Noël avec eux.

Pour tout vous avouer, j’aurais pu terminer le roman d’une seule traite, mais je n’en avais tellement pas envie. Je voulais rester dans cette ambiance et en compagnie de ces personnages le plus longtemps possible et je me suis donc forcé à le lire sur plusieurs jours. Je ne voulais tout tout bonnement pas les quitter.

Vous le savez, j’ai adoré le premier volet de cette histoire. Mais je crois bien que j’ai encore plus apprécié celui-ci qui est un très gros coup de coeur.

J’ai beaucoup ris et souris en compagnie de cette belle troupe, mais j’ai aussi pleuré, de joie, mais parfois de tristesse. Le deuil de Red est toujours présent, même après plusieurs années et ça ne pouvait que résonner à nouveau avec ma propre vie. Cependant, j’ai trouvé cette partie traitée d’une bien belle façon, à la fois douce amère, réaliste, en somme. Mais surtout, ce roman nous donne un peu d’espoir. Non, la vie ne sera plus jamais pareille, mais peut-être ne restera-t-elle pas triste jusqu’à la fin, pas complètement, peut-être que des moments de bonheur sont toujours possibles, d’une façon ou d’une autre.

Merci, Fanny, pour ce petit espoir, même si ça reste difficile à lire, ça fait du bien.

J’ai beaucoup apprécié les différentes références à la pop culture, surtout qu’elles sont variées et proviennent d’horizons divers. Les références aux téléfilms de Noël m’ont beaucoup fait sourire, parfois moqueuses, parfois nostalgiques, parfois réaliste, l’ombre de cette ambiance si particulière continue de planer sur cette histoire, étonnamment presque plus que pour le premier tome, mais j’ai beaucoup aimé.

Bref, ce roman, c’est tout simplement tout ce que j’attends d’une romance de Noël et peut-être même un peu plus.

Gros Coup de Coeur

Mon Avis

Les +

  • Ivyyyyyyyyyyyyyyyy 😍😍😍 (oups, pardon, pardon)
  • La douce folie de Red
  • Une ambiance qu’on ne veut pas quitter
  • Des personnages attachants et tout simplement vrais
  • Un pur feel-good
  • De beaux messages
  • Tout ce que j’attends d’une romance de Noël

Les -

  • Je n’avais pas envie de quitter Red et Ivy (comment ça c’est pas un vrai “-“, ça ? 😇)

Les Citations

Je sais à quel point tout ça est ridicule et irréaliste. C’est cucul. C’est souvent peu crédible. Mais les miracles existent, dans ces films. Les mamans ne meurent pas, elles mangent du pain d’épice, elles sourient et décorent leur maison. Eh merde ! Pourquoi faut-il que je sois si émotif sur le sujet… peut-être car j’adorais ma mère et que la perdre si proche de Noël rendra toujours cette fête particulière pour moi, très douce-amère.

J’ai pensé à faire le mec grippé, mais il n’y a aucune chance qu’Ivy se laisse abuser. Il a beau être mignon, il n’est pas con. Ça doit être un mythe populaire ce truc des canons à moitié abrutis.

— Ne t’inquiète pas, tu sais comment mon cerveau fonctionne, n’est-ce pas ?
Une voix dans ma tête spontanément crie « Comme un égout ! » ce que je trouve vexant, même de moi à moi. Non mais sérieusement ? Personne ici ne peut me soutenir ? Mon moi, mon sur moi ou tous ces trucs de Freud, là. Pas un pour tenir le cap ? Les cheerleaders se font trop rares de nos jours

Formidable, nous voilà trois à avoir voulu mettre les autres à l’aise et à nous en être sortis très moyennement.

Dehors les flocons tombent à un rythme de plus en plus soutenu. Je regarde par la vitre et essaie de ressembler à un homme adulte indifférent et non à un gosse ravi alors que même Sam n’a pas l’air prêt à bondir partout avec moi.

Je lève les yeux au ciel devant son étoile décorée de petits points parfaitement réguliers. Je suis tout à fait capable d’en faire autant… avec cinquante cookies pour m’entraîner !

Alors que des rires me parviennent d’en haut, je réalise : j’ai un immense sourire aux lèvres. Ce sentiment de l’enfance me revient, quand on s’amusait tant que rien d’autre au monde ne comptait plus que ça. Il n’y avait ni futur ni passé, que ce jeu en cours. C’est ce que je viens d’éprouver.

Il doit bien y avoir dans cette maison une idée particulière, comme quand le héros de la romance trouve la décoration disparue de la famille de l’héroïne dans le téléfilm. Miracle qu’il parvient à accomplir grâce à un vieil antiquaire qui n’est autre qu’un étrange monsieur à barbe blanche.

Il a revêtu une chemise noire assez simple et un jean de la même couleur. Ce mec est un foutu cauchemar : qui lui a concédé le droit d’être aussi beau gosse avec ses cheveux encore humide et en bataille ?

Sam me fait un câlin et j’essaie d’y répondre sans avoir l’air de Sheldon Cooper qu’on étreindrait.

Ivy. Mon ex crush. Mon actuel petit ami. Non, ça fait trop gamin. Mon actuel… amoureux ? Mec. Je vais opter pour « mon actuel mec » et rayer du procès-verbal de mon cerveau toute autre formulation.

Il trempe son cookie dans ma tasse et je ne râle pas, uniquement parce que c’est lui. C’est dire si je tiens à ce mec.

Derrière, dans un coin de la pièce, un grand sapin trône décoré avec zèle… mais peut-être un manque de parcimonie. Si j’aime bien les décos à thème, par exemple niveau couleur argenté, rouge et or, ici on dirait plutôt que des boîtes de décorations ont explosé à la tête du sapin et se sont jetées sur ses branches un peu n’importe comment.

— Red, arrête. Je vais juste te séduire pour que tu tombes encore plus amoureux de moi, crâne-t-il en souriant.
Tomber plus serait inquiétant, à mon sens. Je suis déjà complètement tombé. Si j’essaie de lui dire ça, je doute que ça sonne bien ou très charmeur. Une fois de plus ma vie mériterait un bouton pause pour que je concocte une réponse parfaite quand on me parle. Mais le baiser qui me surprend à nouveau rompt net le fil de mes pensées.

Arrête de chercher ce qui manque, OK ? Contemple tout ce qu’il y a. On a tellement, et tellement de chance. Je souhaite ça à tout le monde.

Je songe à ce Noël, si différent du précédent, en solo avec Ivy et nos premiers baisers ; puis à ceux d’encore avant, quand ma propre famille s’est transformée en une constellation d’étoiles lointaines pour me laisser seul.

Dans ma tête le bonheur était quelque chose à attraper entre les gouttes de pluie, malgré les nuages qui s’accumulaient forcément. Ces derniers temps, je suis déstabilisé par cette sensation que non, tout bonheur ne nécessite pas de le gagner âprement ou n’est peut-être pas difficile à garder.

Prendre soin de ceux qu’on aime ne nuit jamais à une relation non ? C’est en rappelant aux autres qu’on les considère de manière particulière, qu’ils peuvent se sentir… à part. On a tous besoin d’être spécial aux yeux de quelqu’un.

— On est trop mignons… et on réfléchit pareil, visiblement
— Tu viens de nous traiter de trop mignons ? Tu nous émascules ! je me moque.
— On est virilement trop mignons, rectifie-t-il, pince sans rire.
Amusé, je roule des yeux.
— Au moins, oui.

close
Merci !

Merci pour votre partage. Vous êtes génial.e !

0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x