Mon beau-père, ma mère et… moi dans tout ça je fais quoi ?

Autrice : Aurélie Chateaux-Martin
Édition : Autoédition
Date de parution : 05 mars 2020
Genre : Romance / Feel Good
Nombre de Pages : 416
Mon Format de Lecture : Numérique
Bêta Lecture

Résumé

J’ai craqué sur Diego le jour même de notre rencontre.
Il faut le dire, il est magnifique.
Mais ce n’est pas seulement son physique, qui m’a séduit. Dès le départ, j’ai été charmé par l’éclat un peu sauvage de son regard, son sourire espiègle et l’affection dont il a toujours fait preuve envers moi.
Les mois ont passé, et notre complicité a grandi naturellement, à force de nous côtoyer. Je suis amoureux, pour la première fois de ma vie. Et parfois, j’ai l’impression que ces sentiments pourraient bien être partagés.
Sauf que voilà, Diego a trente-six ans, quand moi, je n’en ai qu’à peine dix-huit.
Un fossé immense nous sépare.
Ah, et accessoirement, c’est mon beau-père…

L'autrice

«Écrire est ma passion, et bien plus encore… C’est pour moi un moyen de partager mon monde, de poser sur papier les histoires de ces personnages qui m’apparaissent au fil de mes rêves, le long du fleuve de mes pensées, et m’appellent, jusqu’à ce que j’accepte de les faire naître du bout de ma plume.
À la base autrice de fantasy, j’ai créé un univers unique, dans lequel se déroule la totalité de mes romans fantasy, à savoir pas loin de 60 livres. Tous ces romans et séries se suivent ou s’imbriquent intimement ensemble, cependant chacun d’eux peut se lire séparément.
Depuis 2016, je me suis également tournée vers les romans LGBT+, particulièrement les romances entre hommes. Tout d’abord dans le même cadre fantasy (épique ou sur fond de fantasy), j’ai ensuite évolué vers le contemporain, grâce à mes lect.eur.rice.s qui m’ont incitée à tenter d’écrire dans notre monde, et notre époque.
Mes romans sont souvent profonds, parfois difficiles, ils évoquent des problématiques de notre monde, et cela ne se fait pas toujours sans mal…»

La Chronique

Encore et toujours en pleine panne de lecture, Aurélie m’a proposé de bêta-lire son roman en cours au titre plus qu’intrigant. Ma curiosité piquée et n’ayant rien à perdre, j’ai rapidement accepté.

L’histoire nous présente donc Benji, ado haut en couleur de 17 ans (et demi, il ne faut pas oublié le demi !) qui est tout simplement amoureux de son nouveau beau-père et qui va tout mettre en oeuvre pour le piquer à sa mère.

J’ai trouvé le pitch ma foi assez original et dès les premières lignes, je suis tombé en amour de la personnalité singulière de Benji qui ne pourra pas vous laisser de marbre. Son humour décapant et ses références foireuses vous feront forcément sourire et vous vous attacherez à ce petit bonhomme sans même vous en rendre compte.

L’histoire est racontée de son point de vue, à la première personne et j’avais tout simplement l’impression de me retrouver dans sa tête ou de lire son journal intime. C’est très bien fait et ça nous rapproche encore plus du personnage.

Le récit est solaire, dans tous les sens du terme et ce feel good ne pourra que vous faire du bien. Moi en tout cas, j’ai adoré.

Ce que j’ai aimé, aussi, c’est que malgré l’apparente facilité ou légèreté du roman, Aurélie aborde tout de même tout un tas de thèmes importants qui auraient certainement été beaucoup plus lourds dans un autre genre donc bravo.

J’avoue que je n’ai pas grand-chose d’autre à dire sur ce roman, hormis que j’ai passé un excellent moment et que j’étais tout simplement de bonne humeur en le lisant, le sourire aux lèvres et l’esprit au soleil. Et franchement, ça fait un bien fou !

Juste un petit mot sans spoiler sur certaines scènes se trouvant à la fin. Au premier abord, j’ai trouvé lesdites scènes (je n’en dirais pas davantage pour ne pas vous gâcher le plaisir) presque ennuyantes (enfin, c’est surtout une coupure du rythme volontaire de l’autrice pour servir l’histoire), mais, finalement, ces scènes sont extrêmement importantes et elles devraient être bien plus présentes dans les romances, tous types confondus. Ça fait du bien de lire ce genre de chose et je félicite l’autrice pour son parti prix.

En bref, Aurélie signe là un feel good réussi aux personnages complexes et attachants et à l’histoire originale, solaire et très bien menée. En gros : lisez-le les yeux fermez (enfin non, ouvrez les yeux quand même, ça va être compliqué sinon lol).

Coup de Cœur

Mon Avis

Les +

  • De l’humour.
  • Des personnages attachants.
  • Des thèmes forts abordés avec finesse.
  • Une histoire originale et bien menée.
  • Un vrai feel good qui vous donnera la pêche.

Les -

  •  

Les Citations

Replaçons encore une chose dans le contexte. Depuis le précédent pervers-et-pas-blairable dont je parlais tout à l’heure, ma daronne n’a plus eu de petits-copains. Je pensais qu’elle s’était changée en nonne, ou que, âgée de quarante-deux ans, elle n’avait plus de sexualité (après tout, qu’est-ce que j’en sais, moi, de la sexualité des vieux ?), mais à bien y réfléchir, les quatre « amies » qui venaient dormir régulièrement à la maison avant de disparaitre de notre vie les unes après les autres, elles ne devaient pas squatter son lit pour y jouer aux cartes. Maman ne m’en a jamais présenté aucune comme une petite-copine, mais j’ai fini par conclure qu’elle avait changé de bord.

En fait, ma mère est bi, et moi… Eh bien, je n’en sais rien, et je m’en fous. Je suis juste l’ado de dix-sept ans qui se bave dessus en matant discrètement son nouveau beau-père. Ouais, ma vie actuelle peut se résumer à ça, je crois : Benji, dix-sept ans, hormonalement en effusion, perfusé aux pecs du copain de sa mère.

Face au refus de ma mère de nous accompagner, mon beau-père et moi décidons de nous faire une première virée sur la plage rien que tous les deux. Rien que tous les deux. Je vous fais une description de mon état intérieur. Mon cœur s’emballe à cette idée, il fait de la salsa dans ma poitrine, si fort que par moments j’ai l’impression que je vais en clamser. Mon esprit vogue sur des plages désertes, dans divers scénarios mettant tous en scène Diego sortant des flots tel un dieu marin, sa chevelure dégoulinant d’eau qui caresse ses muscles virils, son short de bain moulé à ses formes parfaites… À l’opposé, une grosse ampoule rouge clignote dans un bruit de sirène pendant qu’une escouade de pompiers (ressemblant tous étrangement à Diego) jaillit en courant d’un camion, une lance d’incendie à la main, pour éteindre le feu qui carbonise ma tête. Et mon cul. Et tout le reste. En fond, une petite musique sexy suit les pas du Diego-dieu-marin qui s’ébroue alors que je fonds littéralement, jusqu’à ressembler à une mare de… Bref. C’est le bordel en moi. Mais je suis aussi heureux de partager ce moment avec lui.

0 0 vote
Article Rating
close
Merci !

Merci pour votre partage. Vous êtes génial.e !

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x

Me soutenir

Vous avez aimé votre visite sur The Book Lovers et aimeriez me soutenir ? Rien de plus simple ! 

 

Dans tous les cas, merci pour votre visite et à bientôt !