juillet 2 2016

Rémoras

17-remorasAuteurs : M.I.A

Titre : Rémoras

Édition : Éditions Hélène Jacob

Collection : thriller/suspense

Date de parution : 15/02/2012

Genre : Thriller / Duspense

Nombre de Pages : 510


Nous voici aujourd’hui avec la première chronique du Mois M.I.A et il s’agit donc évidemment du tout premier roman de ce super duo d’auteurs. Je vous laisse d’abord découvrir le résumé :

La première partie sert de base au récit et permet de présenter en particulier les personnages, mais aussi l’ambiance et le thème. Les chapitres oscillent entre des événements se passant entre 1995 et 2009. Un seul se situe le 11 septembre 2001. L’écriture est fluide, mais on se perd parfois avec les différentes dates et personnages. Cependant, l’histoire est intrigante et on veut connaître la suite.

La seconde partie du roman réunit les trois personnages principaux qui avaient pris leur retraite de mercenaire huit ans auparavant, à la suite d’un drame familial de l’un d’entre eux qui les poussera à reprendre du service et de se retourner contre leurs anciens employeurs. Les auteurs dressent ici une description assez sombre de la société et décrivent une « théorie du complot » qui paraît des plus crédible et on ne sait déjà plus distinguer la réalité de la fiction. Certains détails font même presque peur tellement ils sont bien décrits.

Dans les parties trois à cinq, nous suivons nos héros dans la réalisation de leur partie du plan (une partie égale un personnage mettant sa partie du plan à exécution) et je trouve l’idée très bien trouvée et très bien mise en oeuvre.

Concernant les trois dernières parties, nous voyons des conséquences du fameux plan que nos héros ont mis en oeuvre, mais je n’en dirais pas plus pour ne pas vous spoiler.

Les descriptions et ressentis du deuil ou à la suite d’une tragédie sont décrits avec beaucoup de réalisme et de sincérité.

Le sérieux de certaines scènes ou chapitres est subtilement allégé par un humour très agréable et bienvenu.

Durant toute ma lecture, j’ai particulièrement apprécié le style des auteurs et cette plume qui sait se faire oublier tellement on est absorbé par le récit.

Durant toute ma lecture, j’ai particulièrement apprécié le style des auteurs et cette plume qui sait se faire oublier tellement on est absorbé par le récit.

Au début de plusieurs parties, on nous présente un petit texte explicatif sur un sujet précis qui nous servira à mieux comprendre ce qui se déroule dans cette partie.

L’histoire fait preuve d’une très grande évolution, en effet, en lisant les premiers chapitres, on ne peut même pas s’imaginer que les péripéties nous mèneront aussi loin.

La huitième et dernière partie du roman m’a tellement tenu en haleine que je ne pouvais plus lâcher ma liseuse et les derniers chapitres ainsi que l’épilogue m’ont tout simplement laissé sur le cul ! Vraiment un grand bravo et merci à M.I.A pour m’avoir offert l’une des fins de roman les plus surprenantes que j’ai eu l’occasion de lire.

Pour finir, parlons des illustrations, rajoutées dans cette nouvelle édition et qui sont au nombre de huit, une pour chaque partie, et qui font toutes référence aux échecs, comme plusieurs passages du livre d’ailleurs. Même si elles ne sont pas indispensables, elles sont très agréables et apportent encore un petit plus à ce roman.
En conclusion un roman original, intelligent, surprenant, d’actualité et qui fait réfléchir.

Même si certains passages nous poussent à rester scotchés au livre en attendant la suite avec impatience (encore plus pour les derniers chapitres), je pense que Rémoras est un roman qu’il faut savourer et qu’il faut bien prendre son temps afin de bien assimiler toutes les informations et profiter encore mieux du récit.note_10

Pour la couverture, j’aime particulièrement celle de cette réédition qui est tout simplement sublime et qui reflète parfaitement le roman. (La couverture de la version originale est un peu plus simple, mais reflète également très bien le roman)note_couv_10

Sa tragédie personnelle n’avait donc pas eu la moindre influence sur le reste du monde et tout ce qu’il avait laissé en suspens en ce dimanche funeste était toujours là à l’attendre et à le narguer, se rappelant à son bon souvenir.

Je vous parle d’eux parce que vous connaissez sans doute leurs noms et que les États-Unis sont impliqués partout dans le monde, mais c’est le cas dans tous les pays importants de la planète, y compris chez nous. Politiciens et dirigeants de corporations travaillent main dans la main parce que ce sont les mêmes types, tout simplement ! Ils s’arrangent juste pour jouer aux chaises musicales quand ça devient trop voyant et passent du secteur privé à la politique en permanence.

Si Philippe était là, lui te parlerait d’économie et te prouverait par a + b que ton quotidien de citoyenne de base repose sur le mensonge des banques, sur l’exploitation d’un argent virtuel qui n’existe pas tant que tu n’empruntes pas toi-même et sur tout un tas d’autres trucs que j’ai à moitié compris.

Plus un secret est gros, moins il a besoin d’être secret… votre incrédulité suffit.

Les médias avaient parfaitement joué leur rôle d’abrutissement, en noyant tout le monde sous un déluge d’informations qui ne permettait plus aucune prise de recul.




Ecrit 2 juillet 2016 par Jonattend dans la catégorie "Chronique", "M.I.A", "Thriller

1 COMMENTS :

  1. Pinback : Le Mois M.I.A avec The Book Lovers | M.I.A

Laisser un commentaire