février 25 2017

Melody, huit ans, deux vampires et l’apocalypse

Le Roman

Autrices : Cestdoncvrai

Titre : Melody, huit ans, deux vampires et l'apocalypse

Édition : Autoédition

Date de parution : 2016

Genre : Science-Fantasy

Nombre de Pages : 96

Résumé : Melody a huit ans et elle adorerait pouvoir jouer sous la pluie. Juste une fois. Mais la pluie est acide. La pluie fait fondre les choses et les gens. La pluie, c’est un truc de grands. Même sa mère, qui est pourtant la sorcière la plus forte du village, la craint.
Alors que se passerait-il, si, un jour, l’averse ne cessait plus ?

Les Autrices

Nom : Cestdoncvrai

Nombre de Romans : 6

Site Internet

Facebook / Twitter / Wattpad

/ Scribay

Page Amazon

Biographie Tat’ : Difficile à notre époque de se définir autrement que par son travail. C’est encore plus dur quand on est indépendante, comme moi, car la vie privée et les missions se mêlent jusqu’à devenir un tout. C’est le cas chez moi : que je travaille ou non, ce n’est pas vraiment important. Je suis simplement heureuse de pouvoir dire que dans la vie, je code, j’écris, je donne des formations, j’explore, je cuisine… Pas nécessairement dans cet ordre.

Biographie Cloé : Au crayon, à la plume ou sur des planches, inventer des histoires a toujours fait partie de ma vie. J’ai, aujourd’hui, la possibilité d’en faire une activité, un choix de vie, en parallèle d’autres plus lucratives. Avec le temps, la frontière entre loisir et travail s’effrite, les deux déteignent l’un sur l’autre, se mêlent. Ça donne des idées, de partage, de diffusion du savoir, de diffusion des histoires. On va tenter ça, ici.

La Chronique

Aujourd’hui, je vous présente donc “Melody, huit ans, deux vampires et l'apocalypse”, nouvelle écrite à quatre main, et premier tome, chronologiquement d’une série appelée “La Fédération des Enchanteurs”. Alors, comment ai-je vécu cette entrée en matière ?

Nous suivons donc l’aventure du point de vue de Melody, une petite sorcière de huit ans, qui vit avec ses parents et son frère dans un futur post apocalyptique ou la plus est acide, littéralement.

J’ai beaucoup aimé le personnage de Melody, une petite fille espiègle, curieuse et avec un sacré petit caractère. J’ai vraiment aimé la suivre dans cette courte aventure ou elle se retrouvera seule après une pluie violente et où elle se fera recueillir par deux vampires qui prendront un malin plaisir à la manipuler.

J’ai trouvé ce monde post apocalyptique très intéressant et j’adore ce côté science-fantasy, mélangeant catastrophe liée à l’homme et à la magie. Pour être honnête, le pitch est vraiment très original et franchement, j’adore ! C’est frais et amusant, tout en abordant tout de même des thèmes sérieux.

J’ai beaucoup aimé la plume de l’auteure (il me semble que seule Tat’ a écrit cette histoire), vraiment très agréable à lire.

La lecture est très rapide (environ 45min/1h, pour moi) et donne vraiment envie de découvrir cet univers dans tous ses détails.

La fin est étonnante et m’a plutôt surprise, tout en me donnant, encore une fois, envie d’en savoir plus et j’ai hâte de lire un autre roman de Cestdoncvrai.

En bref, un très bon moment de lecture, mêlant science-fiction, dystopie et fantastique, j’ai vraiment adoré ! L’humour m’a beaucoup plus, d’autant plus que Melody découvre le monde et n’y comprend pas grand-chose, ce qui donne lieu à des scènes vraiment hilarantes (notamment quand elle apprend que le sexe ne sert pas que à faire des bébés…). Je vous recommande donc cette nouvelle qui en plus, est disponible gratuitement sur le site des auteurs (site qui est d’ailleurs très bien fait, très agréable à visiter et que j’aime beaucoup !). À noter aussi la démarche des auteurs que j’apprécie beaucoup et que je vous invite à découvrir en visitant leur site.

J’adore cette couverture, simple, mais aussi originale que le récit qu’elle représente. J’adore !

Les Citations

Il s’accroupit devant elle. Quand il faisait cela, elle était plus grande que lui. Mais elle n’aimait pas ça. C’était toujours pour lui parler de choses graves. Comme quand le chat était parti rejoindre Mémé dans la mort.

Le rire du vampire, même froid et vide de toute émotion, rappela Melody à la réalité. Elle remarqua le contact glacé de Mary, l’étrangeté de la scène. Elle s’en rendait bien compte maintenant : faire un câlin à une créature qui avait du sang au bout des dents ne devait pas être une bonne idée.

— Ce n’est pas parce que tu vis chez les bisounours que c’est le cas de tous les sorciers, gamine. » La petite fronça les sourcils et hésita deux secondes avant de demander : « C’est quoi un bisounours ?

Ce n’étaient pas les mots qui étaient importants, mais leur musicalité et la façon dont ils résonnaient avec sa magie.

Cet endroit, c’était comme si les plus beaux châteaux et les plus beaux palais de tous les livres qu’elle avait lus s’y étaient donné rendez-vous.




Ecrit 25 février 2017 par Jonattend dans la catégorie "Chronique

1 COMMENTS :

Laisser un commentaire