août 20 2016

Les Domaines de Calia

25-les-domaines-de-caliaAuteure : Amélie Raulin

Titre : Les Domaines de Calia – Livre 1 : Dorina

Édition : Auto-Édition

Date de parution : 18 mars 2016

Genre : Fantasy / Sentimental

Nombre de Pages : 348

Quand Amélie Raulin m’a proposé de lire son roman, j’ai évidemment accepté tout de suite puisqu’il était déjà dans ma liste d’envie.

Malheureusement, je suis assez mitigé suite à ma lecture. Je vais donc commencer par énumérer les points négatifs et les choses qui ne m’ont pas plus (mais ne vous arrêtez pas là, j’en ai aussi aimé beaucoup ^^ ) (Je m’excuse aussi par avance pour la longueur de cette chronique, mais j’ai essayé d’être le plus constructif possible)

Tout d’abord, des erreurs de concordance des temps sont à noter au tout début du récit, alternant présent et imparfait. Ce n’est pas forcément agréable.

Ensuite, j’ai trouvé les premiers chapitres assez ennuyants, ont nous explique beaucoup de choses sur le monde présenté et sur l’école militaire, mais c’est un peu fait en bloc, j’aurais préféré découvrir tout ça plus en douceur et plus subtilement.

Une intrigue très prévisible et déjà-vu, raconté de façon scolaire, manquant de “folie” et de personnalité. De plus, les “on se connaît, mais tu ne t’en souviens pas” ou “j’ai des révélations, mais pas maintenant” toutes les cinq pages sont presque ridicules et surtout inutiles puisqu’on a déjà tout deviné…

Un point m’a beaucoup gêné concernant le personnage de Nicks, en effet, on apprend que sa petite amie avec laquelle ils ont décidé de rompre la veille décède suite à un acte terroriste. Premièrement, il semble ne rien ressentir et paraît froid, comme s’il s’en moquait royalement. Deuxièmement, le lendemain, il est déjà en couple avec quelqu’un d’autre… Je veux bien qu’on ne contrôle pas ses sentiments, mais quand même ! Un peu de décence et de respect ne fait pas de mal… De plus, tout le monde trouve ça le plus normal du monde, ce qui finit d’enlever la crédibilité de cette intrigue…

En fait, le personnage de Nicks est très en retrait et ça fait partie de son caractère, mais franchement, je ne l’ai pas trouvé plus intéressant que ça, c’est le personnage que j’ai le moins aimé.

Pour les descriptions, elles sont précises et on s’imagine très bien les images qu’elles renvoient. Cependant elles sont parfois trop longues et trop nombreuses pour être pleinement appréciées.

Certains chapitres sont vraiment très longs et paraissent interminables.

Franchement, j’ai failli arrêter ma lecture avant le cinquième chapitre et c’est bien dommage, car l’histoire de fond et le monde créé par l’auteure semblent, déjà à ce moment-là, intéressants et de bonne qualité…

Mais je vous rassure tout de suite, tout s’arrange à compter du deuxième tiers du roman et s’améliore encore vers la fin !

Les descriptions s’améliorent pour nous donner juste les détails qu’il faut.

Le talent d’Amélie se révèle enfin, j’ai, au final, beaucoup aimé sa plume, qui est plutôt agréable et très fluide. J’aime beaucoup sa façon de nous raconter l’histoire, on a vraiment l’impression de vivre les scènes comme le vie et le ressent Elina et c’est très agréable.

Le roman est donc raconté a la première personne, mais l’auteure trouve toujours des moyens astucieux pour nous faire découvrir des scènes ou Elina n’est pas dans la pièce.

Habituellement, les univers de fantasy prennent place dans des mondes ressemblants au moyen-âge. Ici ce n’est pas le cas, en effet, nous nous trouvons dans un monde “moderne”, même si nous ne sommes pas, a priori, sur notre Terre, ce qui est vraiment original et rafraîchissant. Il s’agit là de l’un des points forts du roman. De plus, ce monde est très bien développé et on ressent bien que l’auteure l’a bien travaillé.

D’habitude, on a toujours l’impression que le maniement de l’épée est très facile, voire inné chez les héros. Ici, on nous explique bien la lourdeur de l’objet et sa difficulté et ses subtilités d’utilisation et c’est très agréable.

Au début, j’ai trouvé étrange que les héros partent en mission à peine quelques jours après être arrivés à l’académie, mais en y repensant, on apprend le mieux sur le tas et ça ajoute plus d’action à l’histoire.

Il est vrai que le récit tourne plus autour des histoires d’amour, principalement d’Elina, plutôt que de la Fantasy, mais c’est quand même intéressant et inattendu.

En parlant d’histoire d’amour, c’est pour moi le deuxième point fort du roman, après le monde qu’a su créé l’auteure. En effet, on ne tombe pas dans le sempiternel triangle amoureux qui n’en finit pas. J’adore la tournure qu’a pris la relation d’Elina avec une certaine personne (je ne vous en dis pas plus pour ne pas vous gâcher la surprise) et pour le coup, je ne m’y attendais pas forcément et j’ai trouvé ça très original, ça change vraiment de ce que l’on peut voir d’habitude.

Je m’étais aussi trompé sur le personnage d’Ethan, je pensais connaître sa “vraie” identité, mais il semblerait que je me sois planté en beauté et tant mieux !

Étonnamment, après un début de roman qui ne m’avait pas du tout convaincu, je me suis surpris à être pris par l’histoire en me demandant ce qui allait se passer ensuite et voulant vraiment continuer et terminer le roman, alors que j’avais failli abandonner.

La fin est de qualité et donne vraiment envie de lire la suite. De plus, je ne l’avais pas du tout imaginée comme ça, et encore une fois, c’est tant mieux !

En bref, je n’ai absolument pas aimé le début et j’ai failli abandonner. Franchement, ça aurait été une erreur, car la suite est vraiment de qualité, j’ai beaucoup aimé la plume de l’auteure et son idée de base est très originale. De plus, bien que plutôt prévisible durant les premiers chapitres, la suite l’est beaucoup moins et est même originale et finalement, Amélie Raulin a réussi à bien me surprendre. Enfin, la fin donne vraiment envie de lire la suite, donc c’est encore un plus.

NB: J’ai appris que le roman allait être retravaillé et édité dans une maison d’édition, j’en suis très heureux et je suis pressé de pouvoir lire cette nouvelle version qui je le sais sera meilleure !

Avec tout ça, je ne peux pas mettre plus que sept, même si ce n’est pas l’envie qui manque puisque ce roman à vraiment beaucoup de potentiel, j’espère mettre au moins deux points de plus à la réédition (Surtout pas de pression Amélie ;p )note_07

La couverture est assez simple, mais jolie et convient bien à l’histoire.note_couv_08




Ecrit 20 août 2016 par Jonattend dans la catégorie "Amélie Raulin", "Autoédition", "Chronique", "Fantasy", "Lecture Numérique

Laisser un commentaire