février 27 2016

Les Affligés – Isolation

02-les-affliges-tome-1Auteur : M.I.A

Titre : Les Affligés – Isolation

Édition : Éditions Hélène Jacob

Collection : Fantasy

Date de parution : 17 Décembre 2015

Genre : Fantasy

Nombre de Pages : 334


Comme vous avez sans doute pu le remarquer dans l’article de la semaine dernière, je suis assidûment le travail des Éditions Hélène Jacob et ce n’est pas le roman de n’importe qui que je vous présente aujourd’hui puisqu’il s’agit du septième roman de M.I.A, le duo d’auteurs à l’origine de la maison d’édition. Mais je vous préviens, ce livre est à lire à vos risques et périls, car vous allez vite devenir accro !

Et comme les images valent mieux que les mots (enfin c’est ce qu’on dit…), je vous propose de regarder la bande-annonce du roman :

Nous suivons donc dans ce premier volume la quête de Naryë, membre de l’assemblée des Sages, mais surtout puissante Observatrice qui se voit donner une mission dans une vision et qui devra rassembler onze personnes autour d’elle afin de sauver Dor-Thimlin des temps sombres et soigner les Affligés.

Je suis fan de Fantasy sous toutes ses formes et je dois dire que je suis loin d’être déçu avec cet ouvrage qui est pourtant le premier du genre pour M.IA. On retrouve ici les codes « classiques » de la Fantasy, avec même plusieurs clins d’œil bien sympathiques au « Seigneur des Anneaux » et à « Game of Thrones » (je dois avouer que certains points de l’histoire m’ont aussi fait penser au « Labyrinthe Tome 2 – La Terre Brulée » et même aussi à « Star Wars » pour certains détails même si ces deux histoires sont bien différentes de celle-ci) ; Mais l’histoire reste d’une originalité sans pareil et les auteurs ont su graver leur patte dans ce récit.

Ici, pas de créatures monstrueuses ou de sorciers maléfiques, uniquement des humains qui, même s’ils sont pour certains porteurs d’un Don les rendant spéciaux, restent des humains comme les autres. Et je dois dire que l’on prend un malin plaisir à découvrir tous les nouveaux alliés de Naryë tout au long de l’histoire, car ils ont tous un petit quelque chose qui les rend attachants, même s’ils sont tous bien différents les uns des autres. On ressent bien que le travail de développement des personnages est poussé à l’extrême, ce qui les rend encore plus vivants.

Un mot aussi sur les paysages parfois désolés, mais aussi parfois magnifiques de la République qui se dévoilent devant nous avec une telle fluidité que les images nous imprègnent l’esprit.

Moi qui d’habitude préfère les chapitres courts, je n’ai pas du tout été dérangé par ceux-là, plutôt longs pour certains, mais qui restent si fluides et captivants qu’on ne les voit pas passer.

Un autre fait original de ce roman est que chaque chapitre commence par un extrait des archives de Dor-Thimlin qui nous aident à mieux comprendre le pays, ses habitants et ses coutumes, et qui prennent un sens tout particulier dans les dernières lignes du roman.

Même si l’histoire se déroule dans un autre monde, les messages et réflexions parsemés tout au long du récit nous incitent à réfléchir sur notre propre réalité.

Enfin en bonus, vous pourrez retrouver à la fin de l’ouvrage une carte de la République (que vous pouvez aussi retrouver ICI) ainsi que la liste des divinités et des guildes rencontrées tout au long de l’histoire.

En bref, j’ai vraiment adoré ce roman, aussi original que captivant et la fin (qui n’est que le commencement…) donne vraiment envie de lire la suite. Viiiiite le mois de juin pour le Tome 2 !

note_10

Citations :

L’extinction de la race humaine ne dépendait plus que d’une unique chose : le temps. Et le temps sortirait toujours vainqueur du combat que les hommes menaient contre lui.

Elaliel, sois fière de ce que tu viens d’accomplir et que ceci soit ta première leçon. Le Don n’a rien de simple. Il est puissant, capricieux et exigeant. Comme un étalon non dressé. Si tu l’éduques bien, tu pourras réaliser de grandes choses. Sinon, c’est lui qui te contrôlera.

Il n’aimait déjà pas la simple évocation de Rochenoire avant de voir l’île de ses propres yeux. Il la détestait franchement, maintenant qu’il avait pu la contempler et découvrir l’intérieur de la prison. Il garderait le souvenir d’une terre hostile, livrée à elle-même, où les murs étaient presque dotés d’une existence propre, où chaque courant d’air paraissait être le spectre d’un détenu décédé et incapable de quitter des couloirs qui le maintenaient captif, même après sa mort.

 

Pour plus d’infos, vous pouvez visiter le Blog de M.I.A ainsi que le site des Éditions Hélène Jacob.




Ecrit 27 février 2016 par Jonattend dans la catégorie "Chronique", "Fantasy", "Lecture Numérique", "M.I.A

Laisser un commentaire