mars 5 2016

Le Cycle d’Oz – Volume 1

03-le-cycle-doz-volume-1Auteur : L. Frank Baum

Titre : Le Cycle d’Oz – Volume 1

Illustrations : Stéphane Levallois

Édition : Cerche Midi

Année de parution : 2013

Genre : Littérature Jeunesse / Fantastique

Nombre de Pages : 400


Les références au magicien d’Oz sont nombreuses, aussi bien à la télévision, au cinéma ou en littérature, et c’est ce qui m’a poussé à vouloir lire l’œuvre originale. De nombreuses éditions existent pour « Le Magicien d’Oz », premier tome d’une saga de pas moins de 18 romans, nouvelles et même comics trip, tous sortis entre 1900 et 1919. Il est très facile de se procurer le premier roman, mais pour les tomes suivants, c’est une autre histoire. Et c’est bien pour cela que les éditions du Cherche Midi ont décidés de publier l’intégralité de la saga, encore inédite en France. Et c’est donc le premier volume, comprenant les deux premières histoires « Le Magicien d’Oz » et « Le Merveilleux Pays d’Oz » dont je vais vous parler aujourd’hui.

Le premier tome, qui est bien entendu le plus connu de tous notamment grâce au film de 1939, suit donc les aventures de la jeune Dorothy qui habite au Kansas avec sa tante et son oncle et qui se retrouve, emportée par une tornade, dans un nouveau pays merveilleux et coloré, rempli de magie et de créatures étranges. Seul le grand et puissant magicien d’Oz pourra la renvoyer chez elle, c’est donc pour cela qu’elle emprunte la route de briques jaunes afin de se rendre à la Cité d’Émeraude et lui implorer son aide. Sur le chemin, elle rencontrera l’Épouvantail, Le Bucheron de Fer Blanc et le Lion Peureux, avec lesquels elle vivra de nombreuses aventures.

À peine le premier chapitre terminé que notre petite héroïne est déjà transportée dans ce monde fabuleux. Et c’est à partir de là que les événements se suivent et se passent rapidement les uns après les autres. Tout se passe très vite et certaines intrigues sont même un peu bancales et expédiés à la va-vite, mais au moins, on ne s’ennuie pas une seule seconde et le monde merveilleux et coloré du pays d’Oz est bien décrit et plaira sans doute aux enfants, car oui, nous sommes ici bel et bien en présence d’un livre pour enfants.

Même si je savais qu’il s’agissait d’un livre pour la jeunesse, je m’attendais en effet à plus de substance et à moins de répétition (on nous répète sans arrêt dans les premiers chapitres que Dorothy veut rentrer chez elle, que l’Epouvantail veut un cerveau, le Bucheron un cœur et le Lion du courage). Cependant, la lecture est très rapide et fluide et l’histoire déborde de péripétie. Et comme le rappel l’auteur en préface de ce premier tome, il a voulu créer un conte uniquement fait pour divertir les enfants plutôt que d’écrire une histoire simplement moralisatrice et je trouve en effet que c’est réussi sur ce point-là et j’apprécie beaucoup cette « initiative ». J’ai donc quand même passé un bon moment en lisant ce grand classique.

note_08

« Le Merveilleux Pays d’Oz » débute après le départ de Dorothy et du Magicien. On suit tout d’abord les péripéties de Tip, un jeune garçon ordinaire, élevé, si l’on peut dire, par la vieille Monbi qui se sert de lui plutôt comme un esclave. Il finira donc très rapidement par s’enfuir, accompagné de sa création, Jack Pumkinhead, l’homme au corps de bois et à la tête de citrouille et rencontreras un cheval de bois auquel il donneras la vie. Ensemble, ils iront réclamer l’aide du roi de la Cité d’Emeraude qui n’est autre que notre bien-aimé Epouvantail, mais tout ne se passera pas comme prévu et un siège les poussera à trouver refuge chez son ami Nick Chopper, le Bûcheron de Fer Blanc qui va aider son camarade à reprendre le trône. Ils seront aussi accompagnés d’un Woggle grossi dix mille fois et d’une machine volante et vivante à tête de « Gump ».

Encore une fois, les péripéties s’enchaînent et ne se ressemblent pas dans cette nouvelle quête réunissant seulement deux des personnages principaux du précédent tome, mais on sent bien ici que la qualité est moindre et que l’histoire a tendance à moins tenir la route. J’ai même assisté dans ce roman à l’une des scènes les plus stupides que je n’ai jamais vu, film, séries et romans réunis, entre un homme à tête de citrouille et un épouvantail qui parlent la même langue, mais qui disent ne pas se comprendre puisqu’ils viennent d’un pays différent et font donc appel à un interprète. Même si c’est un roman destiné aux enfants, il ne faut pas exagérer avec ce genre de scène ridicule, les enfants sont tout de même plus intelligents que ça ! Paradoxalement, on retrouve plusieurs idées féministes et idéalistes de la société.

L’histoire est donc parfois bancale, incohérente et parfois même ennuyeuse comparée au premier roman. Mais la fin a le mérite d’être original et quelque peu inattendu, même si elle faisait quand même partie de mes hypothèses. Il est aussi très agréable de retrouver l’Epouvantail et le Bucheron de Fer Blanc ainsi que le pays coloré d’Oz avec toutes ses créatures étranges et insolites et de découvrir ce qu’ils sont devenus après le départ de Dorothy et du Magicien.

note_06

Je suis donc très mitigé par ce premier volume des aventures du pays d’Oz, le premier roman est un classique qu’il faut avoir lu au moins une fois, mais la suite est très bancale, même si la fin est bonne. Je ne sais donc pas encore si je continuerais l’aventure avec le volume 2. Affaire à suivre… Ou pas…

Il faut aussi noter que le livre est parsemé de très jolies illustrations de Stéphane Levallois, qui si elles sont en effets très agréables, n’apportent pas grand-chose à l’histoire et ne sont qu’optionnelles.

La note totale devrait donc être de 7/10, mais j’ai décidé de rajouter un point pour cette très belle édition de qualité.

note_08




Ecrit 5 mars 2016 par Jonattend dans la catégorie "Chronique", "L. Frank Baum", "Littérature Jeunesse

Laisser un commentaire