mars 11 2017

Le Vent de Line

Le Roman

Auteur : Stéphane Arnier

Titre : Le Vent de Line (Mémoires d'Arbres-Ancêtres)

Édition : Bookelis

Année de parution originale : 19 décembre 2015

Genre : Fantasy

Nombre de Pages : 72

Résumé : Il y a quinze cycles, une nuée de pucerons géants a repoussé le peuple alkaya à bas de son Arbre-Mère. Loin des branches et des chambres fécondes, devant se battre chaque printemps pour se reproduire, Bertta et les derniers anciens préservent les trop rares enfants, et le village dépérit. Les pouvoirs étranges de la petite Line pourraient-ils infléchir ce funeste destin ?

L'auteur

Nom : Stéphane Arnier

Nombre de Romans : 4

Biographie : Stéphane ARNIER est né en 1978 et vit dans le sud de la France.

En 2008, il fait sa crise de la trentaine, juge qu'il mène une vie de vieux con, et plaque tout. Arpentant la Nouvelle-Zélande pendant des mois avec un gros sac à dos, il rédige des dizaines de pages de brouillons.

En 2014, avec sa novella « Comme une feuille dans le vent », il remporte le concours « En route vers l'autoédition » organisé par Bookelis et DraftQuest.

En 2015, avec son roman « Mémoires du Grand Automne », il remporte le concours « Osez la publication » organisé par DraftQuest et Librinova.

En 2016, sa novella « Le vent de Line », sélectionnée par l'auteur Laurent Bettoni, remporte le Prix Fantasy des Booktubers.

« La colère d'une mère », tome 2 des « Mémoires du Grand Automne », est paru en décembre et ne fait que conforter la réputation de l'auteur et de la série.

La Chronique

J’ai gagné “Le Vent de Line” grâce au #JeudiAutoEdition, que je remercie chaleureusement. Entre temps, l’auteur m’a proposé un service presse pour son roman, mais j’ai quand même décidé de lire cette nouvelle en premier.

Alors, je dois avouer que j’ai eu beaucoup de mal à rentrer dans l’histoire. On est plus ou moins directement dans “l’action”, sans un vrai préambule et on ne comprend pas tout. Je dirais même que les premières pages sont un peu perturbantes. Cependant, si l’on passe là dessus, on découvre un monde très original et je dois dire que l’auteur a une imagination débordante.

Format court oblige, on rentre très vite dans l’action, mais, même si c’est court le tout est quand même bien détaillé et pas du tout bâclé, bien au contraire.

L’histoire est intéressante et les personnages plus qu’originaux, même si je ne les ai pas trouvé particulièrement attachants...

La fin n’arrive pas si rapidement que ça et est pour le moins surprenante, c’est un bon point.

Pour faire court, je suis un peu mitigé par cette histoire que j’ai trouvé assez déconcertante de prime abord, mais qui regorge d’imagination et est pour le moins originale. Je suis quand même très curieux de découvrir “Le Déni du Maître-Sève” qui se déroule donc dans le même univers.

Je finirais par ajouter que les quelques thèmes et réflexions qui se dégagent de ce récit sont assez intéressants et j’espère qu’ils seront encore plus développés dans les romans.

J’aime beaucoup la couverture. Elle est vraiment très jolie et je ne peux que vous inciter à aller visiter le site de l’artiste : Anthony Nougarede

La Note

La Note de la Couverture




Ecrit 11 mars 2017 par Jonattend dans la catégorie "Chronique", "Stéphane Arnier

Laisser un commentaire