septembre 28 2017

#JeudiAutoEdition – #11

J’ai longtemps cherché un moyen de mettre encore plus les auteurs indépendants en avant et de participer au mieux au #JeudiAutoEdition, créé par Delphine du blog Au Bazaar des Livres (également porté par Des Livres et Moi et AmaBooksAddict).
C’est comme ça que sont nés mes articles consacrés au #JeudiAutoEdition, vous présentant, chaque semaine, un auteur indé que j’ai lu et aimé, mais également un auteur et son roman Auto-Édités que j’aimerais beaucoup lire.
Découvrez donc vite les deux auteurs et les deux romans de cette semaine.

Sonia Dron

Pour une fois, c’est grâce à Facebook que j’ai connu Sonia, puisque c’est là-bas qu’elle m’a contacté pour me proposer un service presse de sa romance érotique. C’est d’ailleurs le tout premier livre érotique que j’ai lu et je dois dire que je n’en ai pas été déçu.

Mariée et maman de deux enfants, Sonia Dron est une jeune quadra. Elle est entourée de sa famille et d’amis sincères. Elle aime Paris, Honfleur, le vin blanc, l’odeur de l’herbe fraîchement coupée, l’air de la mer, l’amour, la mélancolie, la passion... en un mot : la vie ! La douleur des sentiments est son premier roman. Il raconte la vie des gens, la douleur, les sentiments, le tout parsemé d’érotisme.

Son roman, La Douleur des Sentiments, est donc une belle réussite. Un roman érotique, certes, mais qui n’oublie pas la douceur et le romantisme et surtout n’est jamais vulgaire. Un roman que je conseille fortement à ceux et celles qui veulent se lancer dans l’érotisme, tout en douceur.

Les rencontres fortuites réservent parfois des surprises. C’est ce que va vivre l’assistante d’un cabinet d’avocats parisien un lundi matin en ouvrant une enveloppe par erreur. Lorsqu’elle découvre que ce qu’elle tient dans la main est un manuscrit relatant la vie d’une certaine Rose, elle est loin de s’imaginer que sa vie va prendre une autre tournure. Nina donne alors rendez-vous à l’auteur pour lui remettre ses écrits. Le moment venu, ce ne sera pas Léonard qu’elle rencontrera mais son neveu Vincent, un journaliste au chômage. Cette rencontre imprévue ne les laissera pas indifférents et la route sera semée de doutes, de mensonges, de désir, d’émotions et de trahisons. Qui est réellement Léonard ? Que cache Vincent ? Quel lien y a-t-il entre ces deux hommes ? Nina, désireuse de fonder une famille avec Greg, sortira-t-elle indemne des choix qu’elle aura à faire ?

Matthieu Biasotto

Aujourd’hui, je vous prouve que je ne connais pas tous les auteurs Auto-Édités uniquement grâce à Twitter puisque c’est grâce à Amazon que je connais Matthieu (je ne le suis que depuis très récemment sur les réseaux, d’ailleurs).

Je suis un auteur indépendant, j’ai fait le choix d’être libre. Mon écriture est accessible, parfois poétique. Ma plume peut être dure, j’assume. Je vis de mes choix et à présent de mes mots. J’écris pour être lu, pour partager et pour me mettre à nu. J’écris pour être Moi. Quand j'écris je suis aligné avec ce que j'ai au plus profond. J’aime m’essayer à des genres différents. J’écris tout simplement pour me faire plaisir. J’adore travailler la tension. La vitesse. Le souci du détail et le suspense. J’éprouve un plaisir étrange à échafauder de nouvelles histoires. Je jubile à l’idée de manipuler l’esprit, au moins un peu. Pour moi, la plume est un moyen de m’ouvrir et de me connecter au monde. D’entrer dans les vies, dans les foyers, dans les discussions et dans les cœurs tout en repoussant les limites de mon imaginaire. Il n’y pas de plus beau métier.

C’est donc grâce à une recommandation sur Amazon que j’ai découvert Matthieu, mais surtout 11 juin, d’abord attiré par la couverture qui en plus d’être intrigante, est tout simplement sublime, j’ai ensuite été conquis par le résumé et je l’ai immédiatement ajouté à ma wishlist en attendant que ma PAL se vide un peu avant de me le procurer.

Il est des jours que rien ne peut effacer, pas même le temps. Des jours sombres, si noirs qu’ils reviennent nous torturer, laissant planer leur ombre sur nos existences fragiles. Le 11 juin, elle a tout perdu, au point de s’égarer. Puisque la vie n'attend pas et que le passé semble insurmontable, elle s’est fait une promesse.

Déchirée entre la peur d’oublier et le besoin viscéral de libérer son âme, ce qu’elle va faire de cette journée lui appartient. Et ce qu’elle s’apprête à vivre risque de la marquer pour toujours, parce que parfois, les choses ne se passent pas comme prévu.

C’était un 11 juin et cette promesse, vous ne l’oublierez jamais.

J’ai hâte de découvrir ce roman, ainsi que ses autres publications qui ont toutes l’air aussi géniales les unes que les autres. N’hésitez pas non plus à jeter un coup d’oeil à ses peintures qui sont magnifiques.




Ecrit 28 septembre 2017 par Jonattend dans la catégorie "#JeudiAutoEdition

2 COMMENTS :

Laisser un commentaire