avril 6 2017

#JeudiAutoEdition – #06

Comme tous les jeudis depuis maintenant un mois à l’occasion du #JeudiAutoEdition, je vais vous présenter deux auteurs et l’un de leurs romans. Aujourd’hui, vous aurez le droit à une sélection féminine et bien différente l’une de l’autre.

Aurélie Chateaux-Martin

Alors, j’ai découvert Aurélie grâce à Facebook, cette fois-ci, après qu’elle m’ait proposé un Service Presse sur l’un de ses romans. J’ai tout de suite été charmé par son immense univers, chacun de ses romans se déroulant dans le même monde imaginaire. Je suis vraiment fan de ce point et j’aime retrouver, même brièvement, certains personnages ou lieux d’un roman à l’autre et sentir que tout cet univers est bel et bien lié. Pour parler de l’auteure, maintenant, elle est ce que j’appellerai une machine de guerre, capable d’écrire près de 10 000 mots dans une journée (oui, oui, vous avez bien lu !), ce qui explique le chiffre incroyable de ses romans et qui promet des sorties régulières. Avant de vous faire découvrir sa biographie, j’aimerais ajouter que je discute beaucoup avec Aurélie via Facebook et que je la considère vraiment comme une amie !

Ecrire est ma passion, et bien plus encore... C'est pour moi un moyen de partager mon monde, de poser sur papier les personnages qui m'apparaissent au fil de mes rêves, le long du fleuve de mes pensées, et m'appellent, jusqu'à ce que j'accepte de les faire naître du bout de ma plume.
Si j'écris surtout de la fantasy, c'est que j'ai grandi dans un monde où les fées et les dragons semblaient bien réels, et où les elfes se cachaient au coeur des forêts de mon enfance...
Mais je me suis nourrie plus encore de romans, anciens ou plus modernes, sur l'époque médiévale, et sur l'Orient des Mille et Une Nuits. J'aime ce que ces romans retracent de l'amour courtois et du romantisme d'une période où les contes de fées étaient bien plus réels qu'imaginaires...
C'est ce que j'essaie de retracer au fil de mes propres histoires. Rendre plus vivante la magie de ces livres oubliés, de ces contes fantastiques où se mêlent amour, amitié, et fantasy. Fées, elfes, dragons, djinns et magiciens se côtoient dans mon univers, cherchant, chacun,, confusément une place qui ne leur est pas toujours évidente à trouver...

Je roman que je vous invite à découvrir est : Le Feu des Steppes, mais je vous invite à revenir ici samedi pour découvrir ma chronique des Gardiens du Nord qui fut un réel coup de coeur.
En attendant, voici le résumé du premier tome du Feu des Steppes :


« Il est la Lance qui unit les peuples,
Il est le Feu qui régit les steppes,
Tous sont nés pour le servir
Et sous sa bannière plier et obéir. »

Agni est un enfant pas comme les autres. Voué à devenir le futur chef d’une immense tribu de guerriers, il est né sous le signe d’une ancienne prophétie. Il est le Feu des Steppes, celui que les dieux ont envoyé pour reconquérir les plaines. Il est né sans père, et a grandi dans l’ombre protectrice de sa mère, la régente de leur clan. En prenant les rênes du pouvoir, Zayya, reine des Alasaïs, s’est élevée contre les traditions de leur peuple et a défié ces hommes fiers à la culture profondément patriarcale. Elle est l’exemple d’un changement à venir, un changement qu’elle a amorcé et qui ne semble pouvoir être stoppé. Un changement qui forme l’héritage d’Agni.
Seulement, quand on est enfant, un tel poids est bien lourd à porter… Agni se sent différent des autres, et cela l’empêche de trouver tout à fait sa place. Il aimerait n’être qu’un simple membre de la tribu, mais les dieux ne cessent de prouver à tous qu’il est bien l’élu qu’on attend depuis des générations. Et puis, en lui, des énergies et pulsions étranges se réveillent peu à peu. Il ignore d’où elles lui viennent, et ne sait comment les maîtriser…

Lily B Francis

Pour Lily, je dois remercier Sofia de Booksctritics, qui me l’a fait connaître, aussi bien par ses chroniques que par recommandations personnelles. Encore une fois, je n’entends que du bien de cette auteure et de ses Chroniques d’une Princesse Machiavélique (rien que le nom, ça donne envie, n’est-ce pas ?) dont je vous laisse découvrir la biographie.


Je pourrais écrire une biographie classique qui commencerait ainsi :

Lily B. Francis, (Pseudo) parce que mon prénom est trop particulier, 32ans… Mais j’aurais trop peur de vous ennuyer…
Alors pour me présenter je vais faire différemment :
J’aime : écrire, (bien sûr sinon je ne serais pas là), rire (si vous lisez mes livres j’espère que vous rirez autant que moi), lire des livres qui me transportent, aller au cinéma, écouter de la musique (variée des Guns n’ roses et System of a down à Britney Spears et Zazie, en passant par Francis Cabrel et Christina Perry) et chanter dans la voiture à tue-tête, danser, l’art en général (peinture, photographie, sculpture), regarder le soleil se coucher sur la mer, faire des câlins à mes enfants, mes chats Stella et Rusty, passer du temps avec mes amis, ma famille, lire de belles…

Je vous laisse donc avec le résumé du premier tome des Chroniques d’une Princesse Machiavélique et je vous invite à aller découvrir la chronique de Sofia.

Agnès n’en revient pas. Le voile du déni vient de se lever et elle réalise qu’elle est toujours amoureuse de son meilleur ami le magnifique Phoebus Rolland. Ce serait le début d’une superbe histoire d’amour s’il n’était pas en couple depuis 7 ans et s’il ne prévoyait pas son mariage ! Tant pis, Agnès tente le tout pour le tout. C’est fun, c’est frais, c’est fou sauf qu’elle oublie complètement que si elle sème le vent, elle récoltera la tempête !


Étiquettes :

Ecrit 6 avril 2017 par Jonattend dans la catégorie "#JeudiAutoEdition

Laisser un commentaire