avril 12 2017

Iliot – Tome 1

Le Roman

Auteur : Baptiste Piriou

Titre : Iliot - Tome 1 : Le Pays des Ténèbres

Édition : Boz'Dodor

Date de parution : 10/04/2017

Genre : Fantasy

Résumé : En 1434, vivait un magicien nommé Luoj. Celui-ci, fatigué par la cruauté des hommes envers les siens, décida de concevoir un monde où les magiciens pourraient vivre en paix.
De nos jours, Iliot, jeune parisien de 15 ans dont la vie est des plus banales, découvre un étrange livre à la bibliothèque. Son titre : "Le pays des ténèbres". Sur la première page, une incantation... Pensant avoir à faire à un livre de magie, il tourne la page pour s'apercevoir... qu'il n'y a rien. Les pages sont blanches ! Mais Iliot est loin de se douter que de ce livre dépendra son futur.

L'auteur

Nom : Baptiste Piriou

Nombre de Romans : 1

Courte Bio : Baptiste Piriou est un jeune auteur français de 24 ans vivant à Los Angeles depuis 2015. À la mort de son grand-père, lorsqu'il avait 12 ans, un monde imaginaire se crée tout naturellement dans sa tête. C'est alors qu'il décide de tout écrire sur papier pour être sur de ne louper aucun détail. De fil en aiguille, un monde, Le Pays des Ténèbres, et un personnage, Iliot, prennent vie au fur et à mesure qu'il écrit.
La scolarité prenant une place trop importante dans son quotidien puis, par la suite, le début de la vie active, il délaisse quelques temps ses écrits sans jamais vraiment les occulter. C'est en partant vivre à Los Angeles à l'âge de 23 ans et grâce à un mariage ressourçant que Baptiste reprend goût à l'écriture et décide de terminer les premières aventures de son héros Iliot à découvrir dans le premier tome Iliot :Le Pays des Ténèbres sorti aux éditions Boz'Dodor.

La Chronique

Avant de commencer, j’aimerais remercier l’auteur de m’avoir confié son roman en avant-première. J’avais déjà été conquis par le résumé et par la couverture quand celui-ci m’a proposé un service presse, imaginez donc ma joie.

Alors, je vais commencé ma chronique avec un tout petit reproche, mais ne vous en faites pas, il n’y en aura vraiment pas beaucoup. En fait, j’ai juste trouvé la plume de Baptiste un peu trop “scolaire” dans les premiers chapitres et j’avoue que ça m’a un peu perturbé. Heureusement, tout s’arrange très vite et la façon d’écrire de l’auteur est, tout compte fait, assez agréable.

Nous commençons donc l’histoire sur notre Terre où l’histoire est déjà intéressante et intrigante avec cet ado passionné de lecture qui entretient de très mauvaises relations avec son père. On se prend rapidement d’attachement pour lui et comme lui, on veut comprendre pourquoi son père est si distant.
Suite à une dispute assez importante, notre jeune héros est transporté dans un autre monde, Le Monde des Ténèbres où il apprendra qu’il est le Prince et qu’il possède des pouvoirs. Franchement, on ne le blâme pas de vouloir y rester.

J’ai vraiment adoré ce monde imaginaire qui nous montre déjà l’étendue de l’imagination de l’auteur. Magie, créatures magiques ou étranges, même la végétation y passe. D’ailleurs, merci à l’auteur de nous proposer des créatures originales et différentes de ce genre de littérature plutôt que les traditionnels Elfes, Nains, etc. (Bon, après, j’ai rien de personnel contre les Elfes ou les Nains, mais au moins, ça change et ça fait du bien !)

Iliot ne se fera pas beaucoup d’amis, mais ceux-ci seront de vrais amis sincères. Avec bien entendu James (que j’aime beaucoup) comme meilleur ami et compagnon de route. Car oui, Iliot, après avoir eu vent du mal qui régnait sur son futur royaume décide d’aller voir de ses propres yeux.

Sur ce point, d’ailleurs, j’ai trouvé un peu déstabilisant que seulement au bout de trois mois, le jeune homme ai déjà si bien intégré sa nouvelle vie et surtout son nouveau statut (bon en même temps, il y a de pires nouvelles que celle d’être un prince).

Autre point, une fois dans le Pays des Ténèbres, on ne nous parle plus de la Terre et des personnes qu’Iliot y a laissées (sauf dans un chapitre). Alors, en fait, même si j’aurais aimé qu’on en sache plus, ça ne m’a pas vraiment dérangé et au contraire, j’ai aimé le fait que le héros en découvrant ce monde merveilleux ai envie d’y rester. En effet, dans beaucoup d’histoire de ce genre, le héros fait tout pour rentrer chez lui, mais franchement, si ont m’envoie dans un pays magique, j’hésiterais franchement à rentrer sur Terre, pas vous ?

Pour les méchants, malgré le peu de fois où nous les avons vus dans ce premier tome, je les ai adorés. Encore une fois, ils sont originaux et font quand même bien flipper. Je ne sais pas si l’auteur s’est inspiré de créatures mythologies/imaginaires ou s’ils sortent uniquement de son imagination, mais franchement, j’adore.

J’ai aussi beaucoup aimé la métaphore entre les sorciers rejetés dans le Monde des Ténèbres et les “minorités” rejetées sur Terre. C’est subtil, bien fait et ça fait réfléchir, tout ce que j’aime ! (Je parle de ce cas particulier, mais le roman est bourré de ce genre de petites choses qui font réfléchir de façon subtile -le végétarisme, par exemple- et c’est, pour moi, un grand plus.)

Concernant la fin et même les derniers chapitres, je ne m’attendais pas du tout à ce que ça se passe de cette façon (malgré les deux derniers chapitres aux titres évocateurs…). J’ai été agréablement surpris, mais je reste vraiment sur ma faim avec la fin (sans mauvais je de mot) du dernier chapitre (Ah, comme les auteurs peuvent être cruels parfois en nous laissant comme ça sans suite disponible alors qu'on a qu'une envie c'est de continuer l'aventure 😜) et j’ai franchement hâte de lire la suite qui promet d’être épique.

Pour conclure, j’ai vraiment passé un super moment avec Iliot et le Pays des Ténèbres qui n'est pas loin d'un coup de cœur. De l’action, une histoire bien ficelée et originale, de la magie, un monde merveilleux qu'on n'a pas envie de quitter et pas mal de points de réflexions amenés de la meilleure des manières, font du premier roman de Baptiste Piriou, un très bon roman.

Pour la couverture, il suffit de la regarder quoi, elle est tout simplement sublime <3

La Note

La Note de la Couverture

Les Citations

Iliot et son amie pénétrèrent dans la bibliothèque. L’endroit était immense. De grandes tables de bois massif étaient installées tout le long de la pièce principale avec, tout autour, un nombre incalculable de rangées de livres. Si on levait la tête, on apercevait de jolies lampes en cristal illuminant la grande salle. — J’ai toujours trouvé que ça sentait le vieux, ici, ricana Anaïs. — Oh, j’adore cette odeur, moi. Le mélange du bois, de l’ancien et des livres. C’est plein d’histoire. C’est puissant.

— Je suis généralement excité par les aventures dans ma vie. J’aime lire des récits d’aventures mais j’aime surtout les vivre. Et celle-ci est vraiment étonnante. Jamais je n’aurais imaginé qu’il puisse m’arriver un truc aussi dingue ! Un monde dans un livre ? Pour moi, cela ne se trouve que dans les romans. C’est vrai que je me demande toujours si je suis en train de rêver mais, rêve ou pas, je compte bien en profiter.

— Mon cher Prince, au Pays des Ténèbres, personne ne mange de viande. C’est interdit. Nous vivons en symbiose et nous nous entraidons.

— Les animaux de ce pays sont-ils semblables à ceux du monde dans lequel j’ai grandi ? — Selon ce que j’ai appris, certains sont identiques comme les vaches, les poules et bien d’autres. Mais il y a aussi des races complètement différentes qui parlent et travaillent comme vous et moi. C’est pourquoi nous vivons tous ensemble avec nos ressemblances et nos différences. C’est la richesse de notre monde.

La pièce, très sombre, sentait le temps qui passe.

Des ombres dans le ciel attirèrent le regard d’Iliot. Il hésita un moment, mais finit par réaliser qu’il s’agissait de poissons colorés et ailés qui survolaient la plaine.

Ce que vit Iliot dépassait de loin tout ce qu’il aurait pu imaginer. Il cligna des yeux à plusieurs reprises. L’eau était orange foncé, presque rouge, comme si on avait pressé des milliards d’oranges sanguines. Des centaines de poissons de toutes les couleurs survolaient, plongeaient et ressortaient de cette eau si particulière.


Étiquettes :

Ecrit 12 avril 2017 par Jonattend dans la catégorie "Baptiste Piriou", "Chronique", "Fantasy

Laisser un commentaire