janvier 20 2018

Foster Brother

Le Roman

Auteur : Aurélie Chateaux-Martin

Titre : Foster Brother

Édition : Auto-édition

Date de parution : 2017

Genre : Romance M/M

Nombre de Pages : 431

Mon Format de Lecture : Papier

Lecture Personnelle

Mon Temps de Lecture : 6h35 

Résumé : Une romance gay entre deux ados.
La famille Schmidt est famille d'accueil depuis longtemps. 
Après un échec cuisant avec leur précédent locataire, ils décident de recueillir Raph, un adolescent qui a été déplacé de la famille dans laquelle il était reçu à cause de son comportement violent et revêche. 
Angel Schmidt, seize ans et demi, est tout sauf ravi de recevoir ce nouveau pensionnaire qui promet d'être un vrai calvaire à supporter. Mais quand il découvre Raphaël pour la première fois, il est séduit par sa beauté farouche et son impertinence sauvage. La vie de la famille Schmidt risque bel et bien d'être fortement bouleversée par l'arrivée de ce nouveau venu aussi charmant que rebelle...

L'auteur

Aurélie Chateaux-Martin

Courte Bio : Ecrire est ma passion, et bien plus encore... C'est pour moi un moyen de partager mon monde, de poser sur papier les personnages qui m'apparaissent au fil de mes rêves, le long du fleuve de mes pensées, et m'appellent, jusqu'à ce que j'accepte de les faire naître du bout de ma plume.
Si j'écris surtout de la fantasy, c'est que j'ai grandi dans un monde où les fées et les dragons semblaient bien réels, et où les elfes se cachaient au coeur des forêts de mon enfance...
Mais je me suis nourrie plus encore de romans, anciens ou plus modernes, sur l'époque médiévale, et sur l'Orient des Mille et Une Nuits. J'aime ce que ces romans retracent de l'amour courtois et du romantisme d'une période où les contes de fées étaient bien plus réels qu'imaginaires...
C'est ce que j'essaie de retracer au fil de mes propres histoires. Rendre plus vivante la magie de ces livres oubliés, de ces contes fantastiques où se mêlent amour, amitié, et fantasy. Fées, elfes, dragons, djinns et magiciens se côtoient dans mon univers, cherchant, chacun,, confusément une place qui ne leur est pas toujours évidente à trouver...

La Chronique

Aujourd’hui, je vous présente un roman de la merveilleuse Aurélie Chateaux-Martin et que je souhaitais lire depuis un moment. Alors, l’attente aura-t-elle été vaine ou récompensée par un coup de cœur ?

Ce roman est un véritable page turner, c’est simple, une fois qu’on l’a ouvert, on ne veut plus le quitter avant de l’avoir terminé et même au-delà.

La plume d’Aurélie sait se faire oublier pour nous offrir une lecture fluide qui ne nous laisse pas voir le temps passer. D’ailleurs, si je lisais tous mes romans avec autant de facilité et de fluidité, je n’aurais plus aucun retard de lecture.

Raph à vraiment un sale caractère et quasiment toutes ses décisions m’ont donné envie de le frapper bien fort pour qu’il se reprenne. Mais, en même temps, je n’arrive pas à lui en vouloir puisque tous ces choix et cette énorme carapace qu’il garde autour de lui ne sont dus qu’à son passé chaotique et même si je ne suis pas d’accord avec lui, ses réactions sont logiques au regard de ce passé. D’ailleurs, sous cette protection blindée de mec impassible, dur et agressif que personne ne touche se cache un mec gentil au grand coeur.

Malgré ça, j’ai un gros coup de cœur pour ce personnage tellement touchant.

J’ai également beaucoup aimé Angel. On pense le cerner dès le départ, mais en fait, c’est un personnage complexe et même très surprenant. Il m’a d’ailleurs presque fait penser à un prédateur, à certains moments, tellement il peut être possessif, autoritaire et insistant. Contrairement à Raph, j’ai parfois eu du mal à le comprendre, pas entièrement, en tous cas, ses réactions étant quelquefois un peu démesurées.

En tous cas, ce qui est sûr, c’est que ces deux-là forment un duo plus que décapant

J’ai trouvé la réaction des amis d’Angel à son pseudo coming out vraiment très touchante.

Concernant l’histoire en elle-même, elle est très bien construite, fluide, mais frustrante, la plupart du temps, comme souvent dans ce genre de romans.

Quant à la romance, elle est plus que chaotique, mais c’est ce qui fait son charme.

Au-delà de l’intrigue, j’ai beaucoup apprécié les nombreux points de réflexions apportés par ce roman, comme l’homophobie, les MST, le Coming Out, mais aussi le végétarisme et bien d’autres choses encore. (D’ailleurs, les différents liens concernant l’homosexualité et le végétarisme, à la fin du livre, sont une merveilleuse idée !)

En fait, j’ai tellement adoré ce roman que je l’ai dévoré en une seule nuit, ce qui ne m’était pas arrivé depuis très longtemps, si ce n’est jamais. Vous auriez dû me voir d’ailleurs, par moment, j’étais tellement à fond dedans que je me mettais à tout commenter ou à parler aux personnages, à voix haute évidemment. Non, non, je n’avais pas l’air d’un fou lol.

La morale que je tire de cette histoire, c’est qu’il faut toujours dire ce qu’on a sur le cœur, que ce soit négatif ou positif, dans tous les cas, on souffrira moins que de tout garder pour soi en se faisant des films dans sa tête. De plus, le monde se porterait tellement mieux si les gens arrêtaient de vouloir penser à la place des autres et à se monter des films eux-mêmes dans leur petite caboche. Que ce soit pour les relations amoureuses ou autres, d’ailleurs. Non, mais c’est vrai, ce n’est pas parce qu’on décide qu’une personne ne nous aime pas que c’est le cas ! Nous ne sommes pas dans la tête des gens à la fin !

La fin du roman est celle que j’attendais, plus ou moins, en tout cas, et j’en suis satisfait.

En bref, vous l’aurez sans doute compris, Foster Brother est un énorme coup de cœur que je vous recommande les yeux fermés.

(PS: Il s’agit du tout premier roman d’Aurélie qui se déroule dans notre monde et c’est donc plus qu’une réussite. Cependant, elle a quand même réussi à glisser un petit clin d’oeil à son univers étendu et à l’un de ses autres romans, en particulier, et ce d’une façon que j’ai trouvé à la fois drôle, originale et bien trouvée.)

Les Citations

-Oui, mais y’a des tas de gens qui se battent contre ces préjugés débiles ! Comme l’auteur de ce film, franchement, on devrait le diffuser dans tous les lycées !
-Tu crois que ça changerait les choses ? fit Angel, sceptique. »
Julie haussa les épaules.
- Évidemment ! Les ados ne sont pas du tout informés, ils ont juste une vision complètement étriquée et… et raciste de la société, des autres !

Qu’il ne voulait pas de ces sentiments, qu’il ne voulait pas être pédé, qu’il voulait juste être comme tout le monde, un point c’est tout.

Il était prêt à affronter le monde entier en révélant qu’il était gay. Même ses amis, même ses parents. Il était prêt à braver la terre, l’univers, il se moquait d’être rejeté, il se moquait qu’on se fiche de lui, qu’on l’insulte ou qu’on le traite de malade. Il savait que le sentiment qui avait envahi son cœur était pur, vrai et beau. Et qu’il valait plus que tous les trésors du monde.

Bref, ça m’a sensibilisé au bien-être animal, je veux dire, dans notre monde on traite les animaux comme des objets, comme du consommable, on s’en fout qu’ils souffrent, qu’ils vivent dans des conditions abominables et qu’ils meurent alors que, franchement, de nos jours, on n’a vraiment pas besoin de viande, ou de laitages, ou d’œufs pour vivre bien et en santé… Au contraire, même, la plupart des gens bouffent trop de viande, de toute façon.


Étiquettes : , , ,

Ecrit 20 janvier 2018 par Jonattend dans la catégorie "Aurélie Chateaux-Martin", "Chronique

2 COMMENTS :

Laisser un commentaire