décembre 21 2016

Bleu Caramel

Le Roman

Auteure : Laeti Kane

Titre : Bleu Caramel

Édition : Auto-Édition

Date de parution : 27/12/2015

Genre : Romance

Nombre de Pages : 180

Résumé : Des vacances avec sa meilleure amie? Emilie ne pouvait pas rêver mieux. Mais quand cette dernière lui fait faux bond au dernier moment, Emilie décide de partir quand même. Lors d’un marché nocturne elle percute un beau brun et c’est le coup de foudre, mais il disparait dans la foule avant qu’elle ait eu le temps de dire quoi que ce soit. Jusqu’à la soirée déguisée de Céline, son amie d’enfance. Le beau brun s’appelle Elias…

L’auteure


Nom : Kane

Prénom : Laeti

Nombre de Romans : 1

Facebook / Twitter / Instagram

Page Amazon

 

 

La Chronique

Vous l’aurez remarqué, je ne suis pas habitué à lire des romances, non pas que je déteste ce genre, mais j’en préfère simplement d’autres. Cependant, j’ai tout de suite accepté de lire ce roman de Laeti Kane, après tout, c’est en partie pour lire plus et de manière plus diversifiée que j’ai choisi de créer ce blog. Alors, déçu ou pas ? Découvrez-le dès maintenant.

Le début de l’histoire est plus ou moins classique, mais tout s’enchaîne assez rapidement et de façon naturelle. En fait, j’ai commencé à vraiment accrocher à partir des quatrièmes et cinquièmes chapitres.

Pour être totalement franc, je ne pensais pas vraiment accrocher à ce roman, pas à cause de son résumé ou quoi que ce soit, simplement parce que c’est une romance et que ces d’histoires se ressemblent un peu toutes. Et bien, franchement, j’ai été beaucoup surpris. En effet, je me suis vraiment plus à lire Bleu Caramel, si bien que j’ai failli le lire en une seule fois. Comme quoi, il faut toujours laisser les a priori au vestiaire.

L’histoire est bien construite et amusante, Émilie est une femme simple et sans histoire, qui se retrouve à vivres des événements dignes de plus grandes séries télé, n’est-ce pas, après tout, ce que nous avons tous rêvé un jour ?

Le récit n’est pas bourré de clichés et ça fait du bien, même si certaines choses paraissent parfois un peu trop “grosse”, ça passe quand même. L’histoire ne tombe pas non plus dans le “cul-cul” et ça, ça fait du bien !

En fait, ce roman m’a fait passer un très bon moment et m’a même mis de bonne humeur. Je me suis vraiment plus à suivre les aventures d’Émilie et j’avais vraiment envie de connaître la suite et le fin mot de l’histoire, le sourire aux lèvres pendant quasiment toute ma lecture.

Après, il est vrai que j’ai rapidement deviné pas mal de choses assez facilement (notamment à propos de Céline et d’Elias…), mais ça ne m’a pas gâché mon plaisir et j’ai quand même été plus ou moins surpris par la fin que j’ai beaucoup aimé.

Il s’agit ici d’une romance, mais aussi d’une histoire d’amitié (et même de plusieurs) et j’ai beaucoup aimé ce point de l’histoire.

Bien qu’il ne s’agisse pas du tout d’un livre érotique, quelques scènes de sexes (assez chaudes par moment d’ailleurs) se glissent à plusieurs reprises.

Pour résumé, nous avons le droit ici à un bon roman sans prise de tête et qui met en joie, parlant d’amour et d’amitié, avec même quelques beaux messages à la fin. Je ne suis donc absolument pas été déçu, au contraire, et je vous recommande ce roman pour un petit moment de détente et de bonne humeur.

La couverture est très simple, mais représente bien le cadre du roman (puisque je ne l’ai pas dit plus haut, mais l’histoire se passe dans le sud de la France). Cependant, je trouve qu’elle fait un peu “cliché” et c’est dommage, car ce n’est pas du tout le cas du roman.

Les Citations

Elle n’était pas du genre obnubilé par son poids, elle vivait très bien avec ses rondeurs, mais ça ne l’empêchait pas de faire attention. Les excès, quels qu’ils soient, ne sont jamais bons lui disait toujours l’infirmière du collège, cette adage lui était resté en tête. Et puis, même si elle était jolie, il était indéniable que la société ne faisait pas de cadeau ni aux maigres ni aux grosses. Après la limite pour passer d’une catégorie à une autre dépendait de celui qui vous regarde mais elle savait qu’elle n’entrait pas dans la catégorie mannequin et l’avait souvent payé.

Une hôtesse sexy mais réelle vint à sa rencontre et lui proposa de prendre sa veste pour les laisser aux vestiaires. Ca changeait de ses soirées où on jetait tout en vrac sur le lit et qu’il fallait ensuite fouiller sous le mec bourré qui s’était endormi dessus.

Mâchoires crispées, elle se contenta de dégager ses cheveux pour ne pas ressembler à chien mouillé. Parce que seule la petite sirène savait rejeter sa tignasse en arrière avec un air hyper sexy. Pas la réalité, quoi.

— Comment tu fais pour être parfaite tout le temps ? Regarde-moi, j’ai les cheveux en bataille ! On dirait Fifi brin d’acier. […]
— Je vais te faire une confidence. […] Je fais du sport 2h par jour, je dépense un fric monstre toutes les semaines en fringues, coiffeur, esthéticienne et je t’en passe. Et j’ai fait de la chirurgie, même une petite lipo mais ça, vraiment, ça reste entre nous.

Putain d’Univers, tiens. Il te remet à ta place quand tu dévies, mais il t’offre rien quand t’assures. Nul.

Comment faisaient les filles dans les séries style Gossip Girl pour se faire des coups de pute pas possible tout en restant amies ? Elle haussa les épaules. Sa réponse était dans sa question : une série.




Ecrit 21 décembre 2016 par Jonattend dans la catégorie "Autoédition", "Chronique", "Laeti Kane", "Littérature Sentimentale

Laisser un commentaire